Une nuit en train

22 Sep Une nuit en train

Derniers préparatifs
Plage et Estacade

Mercredi 22  et jeudi 23 septembre 1915

A 2h réunion avec équipement complet au cantonnement d’Honfleur. Chaleur torride, mais on part content et chargés comme des ânes.

Nous allons charger aux usines Schneider le 8 et le 9 pouces. Comme le service est mal organisé et que tout se fait à la dernière minute, nous devons attendre une heure. Motif: modification à l’avant train du 8 pouces (ainsi, pendant de longs mois on a pas eu suffisamment de temps, et tout se fait à la dernière minute)

A 6 heures du soir nous nous réunissons tous pour l’embarquement au Havre. Le départ de la ville mériterait une longue histoire. Comme nous aussi nous arrangeons tout à la dernière minute, il ne faut pas demander les prodiges de valeur qu’il nous fallu faire pour être à l’heure au rendez-vous.

Enfin nous y voici arrivés en auto avec Brakens [1]pas sûr de bien lire et Polet, munis de nos énormes sacs. Tous les volontaires arrivent ainsi successivement. C’est tordant!

Les camions, voitures et chevaux sont tous là à attendre l’heure de l’embarquement. Le spectacle est très joli et les « petits belges » ont du succès.

A 8h on s’embarque. Beaucoup de cris pour faire entrer tous les chevaux dans les wagons, ainsi que pour hisser les canons en place. Enfin tout est fait. On s’installe confortablement par bandes dans le wagon de 3e classe et le train part jusque Granville où il attend une heure. Pendant ce temps, les hommes ne perdent pas une minute, et ce n’est pourtant que cris, chants et bouchons qui sautent!

exercice d’embarquement de chevaux – Dinan – France (source:http://www.ancien-de-saint-michel-en-priziac.fr/)

The Cheshireman Chinley Derbyshire
source: flickr (par loose_grip_99

Pendant cet arrêt j’ai pu contempler à mon aise au milieu des voies ferrées le superbe clair de lune de septembre. C’est celui là que nous regardions jadis avec regret à travers les grands sapins de Xhoris [2]Se prononce « Horisse » au dessus de la crête du bois Geris lorsqu’il nous fallait rentrer en classe à Liège! C’est cette lune qui nous éclairait il y a un an lorsque nous rencontrions les braconniers d’Haltinne [3]je pense qu’il s’agit d’Haltinne mais comme c’est en province de Namur je trouve l’expression « vers Lille » surprenante, et qu’au loin vers Lille on entendait le canon.

Et maintenant je suis certain que toute la famille la regarde. A Liège, à Xhoris, Emile à Martorell [4]Commune espagnole près de Barcelone, à Linthout, Paul à Londres et Franz au front, tous ensemble nous songeons que les nôtres pensent à nous. Pour nous tous qui sommes séparés les uns des autres par des barrières infranchissables, je suis certain que cette belle lune est un lieu de rendez-vous que nous nous sommes donnés sans nous le dire. Et chaque mois quand elle brille nous venons ensemble, comme pour la consulter sur ce que fait chacun, et sur le nombre de fois qu’elle brillera encore avant que l’on soit tous réunis, et que le long cauchemar soit terminé.

10 heures, un train d’anglais passe: cris. 10 1/4h notre train part. Adieu le Havre et Honfleur.

Nous sommes admirablement installés. Aussi j’en ai profité pour me mettre à mon aise, et pour pioncer jusqu’à Rouen. C’est à peine si notre train s’arrête par endroit pour faire son plein d’eau. Le paysage et les jolis villages normands endormis nous offrent des spectacles ravissants.

Amiens, 5 minutes d’arrêt. Tous les hommes se précipitent pour se laver et pour prendre le café. La matinée se passe agréablement à voyager un peu partout sur le train, même sur les toits.

Etaples, Boulogne [5]sur mer et enfin Calais. Nous y voici à 3 1/2 h. Seuls les hommes destinés aux 6 pouces s’arrêtent ainsi que 12 chevaux. Les autres continuent sur Adinkerke [6]commune de la Panne, en Belgique donc.

Comme logement on nous assigne la nouvelle mairie. Nous avons la facilité de pouvoir loger en ville et nous descendons à l’hôtel du Sauvage

Calais: Hôtel du Sauvage

Derniers préparatifs
Plage et Estacade

Suivez les carnets de guerre par email

Notes   [ + ]

1. pas sûr de bien lire
2. Se prononce « Horisse »
3. je pense qu’il s’agit d’Haltinne mais comme c’est en province de Namur je trouve l’expression « vers Lille » surprenante
4. Commune espagnole près de Barcelone
5. sur mer
6. commune de la Panne, en Belgique donc
4 Comments
  • Etienne
    Posted at 09:21h, 22 septembre Répondre

    C’est un détail mais : Adinkerke, pas AdKinkerke :-).

  • Sybille Duchateau
    Posted at 09:58h, 22 septembre Répondre

    En 5, je crois que c’est Emile à (Martorell ? )
    Emile est né en novemvre 1998, il n’avait donc que 16 ans à ce moment-là.

    • christian Timmermans
      Posted at 18:23h, 11 février Répondre

      A la note 3, je suppose qu’ il s’agit de Lillé qui est un petit hameau près de Sprimont qui se situe non loin d’Xhoris.
      Quant à Emile il es né le 23/06/1885 (c’est Simone sa femme qui est née le 3/11/1898). Dans les lettres de Paul et une de Franz il mentionne que Emile est à Manresa, c’est aussi dans la région mais un peu plus loin de Barcelone. Il travaillait déjà avant la guerre à la Cie des chemins de fer catalan.

  • cdgadmin
    Posted at 10:03h, 22 septembre Répondre

    En effet, merci pour vos commentaires, ils me sont bien utiles. Je me relis toujours avant de valider mais il y a toujours une erreur par-ci par-là qui passent. C’est corrigé maintenant 😀

Post A Comment