Les bonnes choses ont une fin

01 Mai Les bonnes choses ont une fin

Une victime malheureuse
Grande joie et bombardements

Lundi 1er mai 1916

Nous ne chômerons pas aujourd’hui.
Dès l’aube, nous emportons déjà les matériaux sur place et nous nous mettons en devoir de commencer la construction de la baraque.
Tout allait bien, mais soudain, vers 10h, le commandant en grande colère vint nous donner l’ordre de cesser le travail et de tout démolir prétendant que les Allemands allaient prendre notre baraque pour une position de pièce; qu’ils allaient tirer sur nous le baraquement des hommes risquait d’encaisser; que nous étions des fous etc, etc, etc!
Avec cela, rien à dire. le Commandant est un de ces hommes à humeur variable qui croit toujours avoir raison à priori. Quel désagréable personnage.
Le soir, à mon retour au poste, j’apprends du nouveau. La baladeuse a été démolie après un bombardement de 2 heures. Elle gît lamentablement dans la prairie, les roues cassées, le canon et le bouclier enlevés. Trois 15 sont également tombés sur la grange et dans la cour du poste.
Les dégâts matériels sont assez considérables et un veau a été tué.
Les gens de la ferme et van de Kerckhove étant dans l’abri ont vu tomber un 15 à une dizaine de mètres.
Une seconde pièce de la 100ème a été également détruite. Le soir déjà on les enterra.

Une victime malheureuse
Grande joie et bombardements

Suivez les carnets de guerre par email

No Comments

Post A Comment