L’effet yoyo

06 Déc L’effet yoyo

Ce que coûte un pont
Corvée rondins

Lundi 6 décembre 1915

Il est loin le beau temps de la Saint Nicolas… Quelle époque que ce jour là, quand on était enfants. Finies ces joies naïves, finis ces beaux jours!

A 7 heures du soir par une obscurité complète et dans une pluie torrentielle le commandant m’a envoyé porter une lettre chez le commandant Renaud. Le chemin à travers les prairies était complètement invisible, bien que j’en connusse les moindres particularités. Tous les fossés étaient devenus de véritables canaux, et par malheur de nouveaux fils de fer barbelé avaient été placés pendant mon absence. Il ne faut pas demander les difficultés que j’ai eues. Qu’il me suffise de dire qu’il me fallut 1 heure pour faire un trajet de 10 minutes, et que arrivé à 300 mètres de la ferme de Renaud, j’ai du rebrousser chemin et revenir bredouille. Une passerelle après laquelle j’ai cherché 5 minutes ayant de l’eau jusqu’aux genoux, s’était soulevée avec l’eau et était partie à la dérive. Je me souviendrai encore de cette gentille expédition.

Pour la Saint-Nicolas, offrez-vous un yoyo Batman

Ce que coûte un pont
Corvée rondins

Suivez les carnets de guerre par email

No Comments

Post A Comment