Couleurs d’automne

14 Oct Couleurs d’automne

La fleur au fusil
Une dure leçon

Jeudi 14 octobre 1915

Un gai soleil d’automne agrémente notre promenade à cheval. Les routes sont jonchées de feuilles, et les arbres sont colorés de nombreuses teintes.

Paul Roland en congé a pris le bateau de 4h1/2. Un fort brouillard retardera son arrivée à Folkestone

Hans Anderson Brendekilde: A Woodland Landscape

Artiste: Hans Anderson Brendekilde

La fleur au fusil
Une dure leçon

Suivez les carnets de guerre par email

2 Comments
  • Domideco
    Posted at 09:51h, 21 novembre Répondre

    Je me demande comment il se fait que partout où il va il y a des chevaux?
    Je suppose que c’est parce que le déplacement des pièces d’artillerie, surtout sur des terrains inégaux et bourbeux, demande l’aide de chevaux? À vérifier.

    Évidement, s’il y a des chevaux, ils doivent être monté au mois 6 jours par semaine. Si non ils perdent la forme. C’est comme pour les athlètes.

    • Journal de guerre 14 - 18
      Posted at 10:46h, 21 novembre Répondre

      C’est un peu plus compliqué que cela. Au début de la guerre, quand le conflit ne s’était pas encore enlisé dans les tranchées, l’armée français comptait sur sa cavalerie pour être le fer de lance de l’armée. Mais rapidement la technologie militaire (mitrailleuses en tête) fait abandonner le cheval. Il n’en reste pas moins un outil logistique essentiel, et entre autres pour le déplacement des pièces d’artillerie sur terrain accidenté (comme tu le suggères).

      A lire: Histoire du cheval durant la première guerre mondiale <https://fr.wikipedia.org/wiki/Cheval_durant_la_Premi%C3%A8re_Guerre_mondiale

Post A Comment